Témoignages

Dieu m'a gardée

En 2002 j’étais très malade et mon ventre grossissait comme celui d’une femme enceinte. J’étais humiliée, critiquée par mon entourage et certains chrétiens me reprochaient qu’en tant que chrétienne je sois tombée enceinte en dehors du mariage, sans savoir qu’en fait j’étais malade.

J’étais désespérée car j’avais parcouru tous les grands hôpitaux de mon pays et aucun médecin ne se prononçait sur ma possible guérison. Je devais subir une intervention chirurgicale très délicate, et personne ne voulait prendre la responsabilité de l’effectuer sachant qu’en cas d’échec j’en mourrais. 

C’était terrible car pour moi, il fallait vraiment faire disparaître cette masse de mon ventre pour faire cesser ces regards de dédain et ces critiques qui me brisaient le cœur.

C’était terrible car pour moi, il fallait vraiment faire disparaître cette masse de mon ventre pour faire cesser ces regards de dédain et ces critiques qui me brisaient le cœur.

Le Seigneur a vu ma désolation et a parlé à ma cousine dans un songe en ma faveur. Il me disait d’être sans crainte et qu’Il allait agir.

Je continuais cependant à l‘implorer de me parler personnellement car ce problème était le mien, pas celui de ma cousine ; je voulais qu’Il me confirme sa promesse personnellement.

Une nuit, le Seigneur me parla comme il l’avait fait avec ma cousine. Je me savais aussi soutenue par le groupe de prière de mon église, aussi je décidais d’affronter l’opération.

Ma famille et moi avons été convoqués par un colloque de médecins qui s’efforçaient de me décourager et de renoncer.

Mais devant mon insistance, ils m’ont fait signer une décharge afin de se protéger de représailles dans le cas où j’y resterais. J’écrivais et signais donc le lettre suivante : « Moi, Maria Louisa, donne l’autorisation aux médecins de procéder à l’opération convenue lors de l’entretien avec ma famille ; mais en toute chose, je sais que mon Dieu est plus grand que mon problème. »

Avant d’être emmenée au bloc opératoire, le responsable du colloque de médecin est venu récupérer ma décharge et en la lisant s’est mis à rire et à se moquer de moi, me prenant pour une folle.

L’opération a duré environ 8h. Mais en sortant du bloc opératoire, le chirurgien a appelé ma mère et lui a dit qu’effectivement, son Dieu était grand car tout c’était bien passé.

Voilà comment Dieu m’a guérit, à Lui soit la gloire.

Maria Luiza

Nos réunions chaque semaine

Horaires des réunions

MARDI 19h – Temps de prière et partage de la Parole de Dieu

JEUDI 19h – Prédication de l’Évangile, prière pour les malades

SAMEDI 17h – Spécial jeunesse

DIMANCHE 9h30 – Culte (Temps de chant, de louange, et partage de la Parole de Dieu)

DIMANCHE 16h – Prédication de l’Évangile, prière pour les malades (les 4 premiers dimanches du mois)

En 2002 j’étais très malade et mon ventre grossissait comme celui d’une femme enceinte. J’étais humiliée, critiquée par mon entourage et certains chrétiens me reprochaient qu’en tant que chrétienne je sois tombée enceinte en dehors du mariage, sans savoir qu’en fait j’étais malade.


J’étais désespérée car j’avais parcouru tous les grands hôpitaux de mon pays et aucun médecin ne se prononçait sur ma possible guérison. Je devais subir une intervention chirurgicale très délicate, et personne ne voulait prendre la responsabilité de l’effectuer sachant qu’en cas d’échec j’en mourrais.

C’était terrible car pour moi, il fallait vraiment faire disparaître cette masse de mon ventre pour faire cesser ces regards de dédain et ces critiques qui me brisaient le cœur.

Le Seigneur a vu ma désolation et a parlé à ma cousine dans un songe en ma faveur. Il me disait d’être sans crainte et qu’Il allait agir.

Je continuais cependant à l‘implorer de me parler personnellement car ce problème était le mien, pas celui de ma cousine ; je voulais qu’Il me confirme sa promesse personnellement.

Une nuit, le Seigneur me parla comme il l’avait fait avec ma cousine. Je me savais aussi soutenue par le groupe de prière de mon église, aussi je décidais d’affronter l’opération.

Ma famille et moi avons été convoqués par un colloque de médecins qui s’efforçaient de me décourager et de renoncer. Mais devant mon insistance, ils m’ont fait signer une décharge afin de se protéger de représailles dans le cas où j’y resterais. J’écrivais et saignais donc le lettre suivante : « Moi, Maria Louisa, donne l’autorisation aux médecins de procéder à l’opération convenue lors de l’entretien avec ma famille ; mais en toute chose, je sais que mon Dieu est plus grand que mon problème. »

Avant d’être emmenée au bloc opératoire, le responsable du colloque de médecin est venu récupérer ma décharge et en la lisant s’est mis à rire et à se moquer de moi, me prenant pour une folle.

L’opération a duré environ 8h. Mais en sortant du bloc opératoire, le chirurgien a appelé ma mère et lui a dit qu’effectivement, son Dieu était grand car tout c’était bien passé.

Voilà comment Dieu m’a guérit, à Lui soit la gloire.